Politique

Coopération technologique 5G entre l’Allemagne et la Chine


En Allemagne, un coup dur est porté contre les États-Unis dans la guerre commerciale entre Washington et Pékin.

Malgré les pressions, Berlin opte pour une coopération avec la Chine sur la technologie 5G, refusant d’imposer des sanctions contre Huawei, ignorant les demandes américaines.


Compte tenu du rôle économique de premier plan joué par l’Allemagne au sein de l’Union européenne, il est possible que la décision du pays devienne une tendance pour d’autres États du continent, comme l’ont suggéré plusieurs experts du monde entier.

Le gouvernement allemand travaille actuellement sur un nouveau projet de loi pour garantir les intérêts de sécurité nationale dans l’utilisation de la technologie 5G.

Dans un premier temps, ce projet pourrait exclure la participation de Huawei, s’il était interprété que l’entreprise chinoise ne répond pas aux exigences de sécurité formelles. Mais c’est un scénario de plus en plus lointain.


La chancelière allemande Angela Merkel ne veut en aucun cas exclure le géant chinois Huawei de la construction du réseau 5G en Allemagne. La position majeure au parlement allemand semble être similaire à celle d’Angela Merkel, qui a déclaré à plusieurs reprises l’impossibilité totale d’exclure Huawei.

Le principal discours américain pour soutenir sa croisade mondiale pour imposer des sanctions contre la Chine est que Pékin utilise la technologie de Huawei à des fins d’espionnage, s’efforçant de voler des données et de collecter des informations utiles au gouvernement chinois dans les pays où les antennes et les plates-formes de l’entreprise sont basées.

Ce discours n’a pas convaincu l’Allemagne, qui élabore actuellement sa politique de sécurité nationale et indique de plus en plus clairement qu’elle ne reconnaît pas la Chine comme une menace possible en raison des actions de Huawei.

En fait, Merkel est impatiente de voir comment les intérêts américains et européens ont tendance à s’affronter de plus en plus, et en conséquence, elle a pris des décisions importantes et notables qui remettent en question l’agenda américain pour l’Europe.

Le refus de l’Allemagne d’imposer une interdiction ou des limitations à l’admission de Huawei sur son marché constitue également un défi pour la politique européenne à l’égard des États-Unis, étant donné que Berlin assume actuellement la présidence du Conseil de l’UE.


L’approche de l’Allemagne à l’égard de Huawei serait dictée non seulement par les intérêts de l’Allemagne, mais également par ceux de l’UE, ce qui rendrait inévitable l’attitude allemande partagée par d’autres États européens.

Relations Chine-États-Unis: retours mitigés pour la tournée Huawei Bashing

En fait, au moins dans le domaine de la technologie 5G, Huawei s’est de plus en plus démarqué sur le marché allemand, étant particulièrement attractif en termes de rapport qualité-prix. Actuellement, la moitié des antennes utilisées par les opérateurs de télécommunications Deutsche Telekom et Vodafone pour construire des réseaux 5G sont fabriquées par Huawei et la coopération a tendance à augmenter encore plus.

Si l’Allemagne devait rejeter la construction de ses plates-formes 5G en raison de sanctions contre la Chine, des milliards d’euros seraient perdus et Berlin risquerait de devenir technologiquement obsolète face à un marché en évolution rapide. De tous les points de vue, ce serait désavantageux pour la Chine et l’Allemagne, mais surtout pire pour l’Allemagne.

En fait, Washington n’a jusqu’à présent fourni aucune preuve de ses accusations contre la Chine concernant l’utilisation de la 5G à des fins d’espionnage.


De toute évidence, toute haute technologie est secrètement utilisée par les grandes puissances à des fins militaires et de renseignement, ce qui rend les accusations américaines encore plus vagues et banales.

Lorsque le sujet concerne non seulement des milliards d’euros, mais aussi toute la capacité technologique d’une nation – et d’un continent – il faut bien plus que de simples accusations pour affecter un projet. Tant que Washington ne présentera pas de preuves concrètes de ses allégations, il ne fera que perdre de plus en plus d’alliés face au marché chinois en pleine croissance.

En général, l’Allemagne s’est de plus en plus distancée des États-Unis dans son alignement géopolitique au cours des derniers mois.

Outre la question de la 5G, la coopération avec la Russie sur le projet Nord Stream 2, la diminution des troupes américaines en Allemagne et l’intention de réduire le nombre d’armes nucléaires installées sur le territoire allemand sont des exemples de cette distance. Dans tous ces cas, Merkel a démontré sa capacité stratégique particulière à prévoir les situations de choc d’intérêts entre Américains et Européens et a donné la priorité aux intérêts nationaux et continentaux.

Cependant, il est important de noter que Merkel a ses adversaires et qu’elle ne mène pas seule l’Allemagne. Le projet de loi a tendance à être adopté sans aucune sanction contre Huawei, mais ce n’est pas une garantie. Il y a encore des parlementaires qui préconisent le maintien d’une alliance occidentale contre la Chine.

En ce sens, les efforts pour sanctionner Huawei pourraient s’intensifier et créer plusieurs tensions internes au sein du gouvernement allemand et dans la société européenne. Surtout, les politiciens allemands doivent prendre en compte les intérêts de leur pays lors de l’élaboration d’une loi sur la sécurité nationale, en ignorant ce qui est nécessaire pour la sécurité des puissances étrangères.

Lucas Leiroz


Lucas Leiroz est chercheur en droit international à l’Université fédérale de Rio de Janeiro.

Source : https://www.globalresearch.ca/


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Achetez vos livres sur Amazon via ce site





























Votre aide est importante pour continuer...


SCANDAL - Les Hathor Actus © Elishean/2009-2020



fringilla mattis facilisis leo. tristique pulvinar in consequat.
%d blogueurs aiment cette page :