Santé

L’imposition de la vaccination obligatoire avec un passeport de santé biométrique


Le vaccin COVID-19…

Est-ce LE but ultime de cette crise, d’imposer une vaccination obligatoire à tout le monde, avec un passeport biométrique de santé et sans lui, l’impossibilité de bouger, d’acheter, de manger?


L’avenir le dira.

Avec le temps, l’accumulation d’effets secondaires, les témoignages de plus en plus de médecins, la vaccination est devenue un sujet de polémique, souvent passionnée, parfois violente. Il ne s’agit pas seulement d’être pour ou contre la vaccination en général.


Il s’agit d’être vigilant face à l’énorme pression des entreprises et des gouvernements pour injecter à des milliards de personnes en bonne santé un produit fabriqué à la hâte, en utilisant des technologies immatures telles que la manipulation de l’ADN, avec des effets secondaires encore inconnus.

Le remède ne doit pas être pire que la maladie.

Compte tenu de la peur, de la terreur dans l’esprit des gens, compte tenu de l’enthousiasme de certains dirigeants et du pouvoir des sociétés et fabricants de vaccins, serons-nous capables, en tant que citoyens ordinaires, de résister, de garder notre sang-froid et d’empêcher ces personnes de jouer avec notre santé?

Savez-vous ce que la commercialisation des vaccins apporte aux laboratoires pharmaceutiques?

Références sur le site Internet de Statista, chiffres de l’année 2019 :
GSK (GlaxoSmithKline): plus de 8 milliards d’euros.
Merck: 7,3 milliards d’euros
Pfizer: 5,9 milliards d’euros
Sanofi: 5,8 milliards d’euros
Des milliards, en une seule année!


Pensez-vous que la conservation de tels acquis ne motiverait pas la transgression des limites en balayant tout sur son passage, toute éthique scientifique, toutes les valeurs morales?

Comme Emma Kahn l’a déclaré sur le site de l’AIMSIB (International Association for Scientific, Independent and Benevolent Medicine), 3 mai 2020:

«Curieusement, les trois vaccins en essais cliniques en Occident (hors Chine) contre le COVID-19 sont développés par des start-ups et non par Big Pharma (le surnom de l’industrie pharmaceutique).

Pourquoi les grandes entreprises (Merck, GSK, Sanofi, Pfizer) n’ont-elles pas lancé d’études cliniques? Une première raison est inquiétante:… les experts du secteur savent déjà que les vaccins contre les coronavirus sont trop risqués, ils induisent des phénomènes de facilitation et d’immunopathologie. Le phénomène de facilitation de l’infection par les anticorps » est crucial à comprendre.

Des vaccins trop risqués!

Facilitation et phénomènes immunopathologiques ! Ce n’est pas une conspiration, ni les élucubrations d’un quidam [dictionnaire]. Il s’agit de données publiées, bien connues des scientifiques, des virologues et publiées dans de nombreuses revues. Ces faits sont particulièrement pertinents pour la famille des coronavirus et le SRAS .

Avec des vaccins, « Le plus gros problème est la peur d’un EAD (renforcement dépendant des anticorps, facilitation de l’infection par le vaccin, médiée par des anticorps induits par la vaccination): facilitation de la pénétration du virus dans les cellules par le récepteur du fragment Fc des immunoglobulines».

Le 5 mars 2020, Peter Hotez (expert en vaccins) a mis en garde le Congrès américain contre la facilitation de l’infection par les anticorps et sa relation avec la vaccination :

«Il faut être très prudent et aller lentement avec les essais cliniques, les essais sur animaux ont montré une facilitation»!

Donc Big Pharma est prudent. Cela confirme la crédibilité de ces informations.

Non seulement ce vaccin ne vous protégera pas du tout ou pas assez, mais il peut aggraver les choses en facilitant votre infection par COVID-19!

Le phénomène de facilitation de l’infection virale par des anticorps (ADE ou renforcement dépendant des anticorps) est connu depuis longtemps et existe pour de nombreux virus.

Des anticorps de ce type ont été mis en évidence in vitro dans le cas du SRAS-CoV-2 et des candidats vaccins ne feraient qu’aggraver cet effet immunopathologique ! C’est encore plus probable si nous sautons les étapes.

La journaliste Céline Deluzarche, dans un article sur Futura Sciences (Futura Santé) du 19 mars 2020 revu le 15 juin, a déclaré:


«Coronavirus: les dangers d’un vaccin développé à la hâte. Face à l’urgence, les scientifiques appellent à accélérer les procédures de test et à renoncer aux tests habituels sur les animaux. Une stratégie louable, mais qui pourrait s’avérer au mieux contre-productive et au pire entraîner la mort ».

«Normalement, il faut entre 15 et 20 ans pour obtenir un vaccin efficace, non toxique et utilisable . La première étape est de développer une formulation avec les prérequis chimiques et pharmaceutiques, de mener des études d’ immunogénicité [8] chez l’animal, d’évaluer la toxicité du vaccin [9] chez l’animal, puis chez l’homme, et enfin de tester son efficacité à grande échelle. “

Pourtant, certaines personnes font pression, invoquant l’urgence. Pourquoi font-ils ça? Ils exploitent la peur pour atteindre leur objectif. Il n’est jamais bon de décider quoi que ce soit par peur. À quel jeu dangereux ces gens jouent-ils?

L’Union européenne (UE) en particulier, et sa nouvelle présidente, Ursula von der Leyen, après avoir organisé un téléthon mondial pour financer la recherche d’un vaccin, tente d’imposer l’idée que seul un vaccin peut nous sauver.

«… Face à l’urgence et à la pression des gouvernements et des autorités sanitaires, certains réclament une accélération des procédures. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a déclaré mardi qu’elle espérait un vaccin contre le nouveau coronavirus avant l’ automne. “.

On a le sentiment que tout cela a été planifié à l’avance, quand on sait que Bruxelles, aujourd’hui, travaille depuis longtemps sur un passeport «vaccin» afin de mettre la population sous surveillance et contrôle total .

Le COVID-19 n’est-il qu’un prétexte pour imposer des mesures totalitaires qui autrement auraient été impossibles à accepter?

Je pose la question.

On retrouve Peter Hotez , qui nous conseille de faire très attention:

« Un vaccin n’est pas anodin : c’est le plus souvent un virus désactivé ou affaibli , et dans certains cas il peut aggraver la maladie qu’il est censé prévenir. Peter Hotez, doyen de l’École nationale de médecine tropicale du Baylor College of Medicine, qui a travaillé sur l’épidémie de SRAS en 2003, a découvert que certains animaux vaccinés développaient des symptômes encore plus graves lorsqu’ils étaient exposés au virus en raison d’un système immunitaire affaibli . C’est ce qu’on appelle « le rehaussement dépendant des anticorps ( EAD)».

Les travaux et recherches sur les vaccins contre CVDO 19 à Cambridge, Oxford, sponsorisés par le NIH (National Institute of Health aux Etats-Unis , Anthony Fauci, le tsar anti-COVID de Donald Trump) ne me rassurent pas du tout, et ne devraient pas vous rassurer soit !

Ces mêmes personnes sont à l’origine de l’un des pires scandales vaccinaux et médicaux de ces dix dernières années en voulant déjà, en 2009-2010, vacciner l’ensemble de la population pour une fausse pandémie (H1N1).

Une enquête en France rapporte que près d’un quart (25%) de la population française n’a pas l’intention d’accepter le vaccin contre le COVID-19. Je les comprends et je trouve même surprenant que ce chiffre ne soit pas plus élevé.

Ces vaccins sont une course aux profits, des sommes énormes!

Même indépendamment des idées plausibles et effrayantes comme l’association du vaccin avec les OGM, avec un puçage et un traçage de la population, le danger inhérent à tout vaccin et le danger spécifique d’un vaccin anti-coronavirus (facilitation de l’infection virale par des anticorps – ADE ou renforcement dépendant des anticorps) devrait faire réfléchir tous les citoyens à accepter une telle mesure sans broncher!

A travers la peur instillée par nos médias traditionnels, la peur entretenue par les experts de nos propres gouvernements, les gens seraient prêts à accepter des remèdes aussi dangereux qu’inefficaces.

Comme le dit Tony Carlucci:

«Bien que Covid-19 puisse être un véritable pathogène, les preuves suggèrent qu’il ne justifie pas les réactions excessives que nous avons vues dans le monde. L’hystérie Covid-19 a – de loin – un impact bien plus dévastateur sur l’humanité que le virus lui-même. Au milieu de cette hystérie, la plus grande menace réelle pour la santé humaine – une industrie pharmaceutique corrompue et ses partenaires au sein du gouvernement – sont sur le point d’augmenter à la fois leurs profits aux dépens du public et leur pouvoir sur le public.

Les citoyens ne devraient plus prendre tout ce qu’on leur dit au pied de la lettre, même, voire plus, s’il vient des médias officiels ou des gouvernements. Leur santé, mentale et physique, est en jeu. Quant au vaccin, le simple fait qu’il puisse lui-même faciliter l’infection à coronavirus et aggraver les symptômes devrait mettre un terme à tout engouement pour lui.

La perte de temps et d’argent dans la recherche de ce vaccin empêche la population de se tourner vers d’autres solutions plus saines et plus réalistes:

  • Revenir à un mode de vie social sain avec un compromis acceptable entre imposer des quarantaines ciblées et limitées (pour les personnes vraiment malades et pas seulement positives pour la RT-PCR), et permettre au virus de circuler parmi les moins à risque (jeunes et adultes en bonne santé) protégés par leur immunité saine.
  • Privilégier davantage les IPN efficaces (mesures non pharmaceutiques) telles que le lavage des mains, la distance physique et la ventilation des espaces confinés, plutôt que le port continu d’un masque, qui est plus nocif que bénéfique.
  • Permettre aux médecins de première ligne de prescrire librement de l’hydroxychloroquine et du zinc suffisamment tôt au début des symptômes du COVID-19 sous surveillance médicale afin de minimiser les risques cardiaques bien connus du HCQ.
  • Donner à nouveau la priorité à la reprise de l’économie, de l’activité sociale, car aujourd’hui, la solution au problème du COVID est pire que le problème lui-même (de loin).
  • N’oubliez pas que nous avons l’immunité! L’immunité innée et spécifique aux cellules, pas seulement l’immunité médiée par les anticorps! Que les meilleurs alliés de ces immunités sont nos modes de vie (alimentation, activité physique, gestion du stress, gestion mentale). Tout doit être fait, aujourd’hui plus que jamais, pour améliorer cela.
  • Faire face à l’immense peur et au stress post-traumatique générés ces derniers mois par les médias et par nos gouvernements.
  • Cette seule peur nous rend plus vulnérables à la fois à la maladie et aux abus totalitaires.

À condition de se sevrer de la peur, des mensonges et des illusions, chacun peut reprendre le pouvoir sur sa santé, sa société et sa vie.


Dr Pascal Sacré

Source : https://www.globalresearch.ca/


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Achetez vos livres sur Amazon via ce site





























Votre aide est importante pour continuer...


SCANDAL - Les Hathor Actus © Elishean/2009-2020



nunc accumsan libero. dictum dolor. risus. Donec libero felis et,
%d blogueurs aiment cette page :