Social

Répression fasciste en Australie sur les soit-disant “théoriciens du complot”


L’Australie adopte de nouvelles mesures de répression visant à interdire toute contestation de son récit mensonger via les réseaux sociaux. Si vous êtes anti-confinement, vous serez arrêté, mis en quarantaine dans un centre de détention.

Vous n’aurez plus le droit de contester l’information officielle ! E surtout pas sur les réseaux sociaux où vous êtes censés influencer les personnes qui vous lisent.


Pourquoi c’est arrivé ?

Les manifestations du week-end ont éclaté en Australie le mois dernier, les Australiens ayant exprimé leur frustration et tenté de reprendre le contrôle de leurs communautés après qu’une recrudescence des cas de virus a incité le gouvernement à mettre en œuvre à nouveau certaines des mesures de distanciation sociale les plus draconiennes au monde.

Et s’il y a une chose qui terrifie les gouvernements de plus en plus tyranniques, c’est bien la perte de contrôle de la version officielle.


C’est pourquoi le gouvernement australien s’est engagé à attaquer tout soi-disant “théoricien du complot” qui oserait diffuser des informations remettant en cause les techniques de terreur utilisées pour maintenir les australiens bloqués à leurs domiciles.

Un nouveau projet de loi devrait être débattu par le gouvernement de l’Etat de Victoria au Parlement de l’État. Il donne aux autorités locales le pouvoir de emprisonner les “théoriciens du complot” et les personnes qui refusent de s’isoler, a rapporté Caldron Pool.

Si la loi est adoptée, l’Omnibus COVID-19 (mesures d’urgence) permettra au gouvernement de détenir toute personne étiquetée comme “à haut risque” ou susceptible de propager le COVID-19 par négligence.

Un porte-parole du gouvernement de l’État a déclaré à The Age que la règle pourrait être appliquée aux “théoriciens du complot qui refusent de s’isoler ou aux personnes mentalement handicapées gravement affectées par la drogue ou qui n’ont pas la capacité de se mettre en quarantaine”. Les personnes arrêtées en vertu de la nouvelle règle seront placées dans des installations de quarantaine.

La procureure générale Jill Hennessy a déclaré que le nouveau projet de loi “nous permettra de continuer à répondre aux défis que pose la pandémie, afin que nous puissions continuer à protéger les Victoriens et à leur fournir les services sur lesquels ils comptent”.


Jusqu’à présent, la plupart des manifestations contre le verrouillage des marchés ont eu lieu le week-end. Au moins 200 personnes ont été condamnées à une amende et 74 ont été arrêtées lors d’une manifestation à Melbourne dimanche. Si le projet de loi est adopté, certains manifestants seront rassemblés et arrêtés, et pourraient passer du temps dans une installation de quarantaine.

De toute évidence, l’intention du gouvernement d’étendre ses pouvoirs et de maintenir en détention les théoriciens du complot et ceux qui présentent un risque de propagation du virus devrait alarmer les lecteurs.

Les autorités ont déjà arrêté une femme enceinte de Melbourne pour avoir prétendument écrit des messages anti-confinements sur les médias sociaux.

Des images vidéo choquantes de Melbourne, en Australie, montrent une femme enceinte arrêtée devant ses enfants dans sa propre maison pour le “crime” d’avoir organisé une manifestation anti-confinement sur Facebook.

Le clip montre la police entrant dans la maison de la femme et lui présentant, ainsi qu’à son mari, un mandat de perquisition. La femme est ensuite informée qu’elle est en état d’arrestation pour “provocation” avant d’être menottée.

Elle explique qu’elle est enceinte et qu’elle doit passer une échographie dans une heure, mais les policiers ne se découragent pas et lui disent qu’elle est arrêtée pour une publication sur Facebook dans laquelle elle a organisé une manifestation contre le confinement.


La femme explique qu’elle serait heureuse de supprimer sa publication, mais l’agent lui dit “vous avez déjà commis l’infraction” et lui dit ensuite que le mandat de perquisition autorise la police à “saisir tous les ordinateurs, tous les appareils mobiles que vous avez”.

“Je n’ai pas réalisé que je faisais quelque chose de mal, c’est ridicule”, se plaint la femme en se mettant à pleurer.

Cette femme n’est pas la première Australienne à voir sa maison perquisitionnée et à être arrêtée pour avoir organisé une manifestation dans une soi-disant démocratie.

Les autorités ont également donné à la police le pouvoir de retirer les enfants de la garde de leurs parents afin de garantir le respect des règles relatives au coronavirus.

La police de Melbourne a également annoncé qu’elle utiliserait des drones de surveillance pour attraper les personnes qui ne portent pas de masque et pour suivre les voitures qui circulent à plus de 5 km de chez elles.

Les autorités ont également reçu le pouvoir de pénétrer chez les gens sans mandat et d’effectuer des contrôles ponctuels de mise en quarantaine.

Pendant ce temps, une autre vidéo en provenance d’Australie montre un homme arrêté pour s’être trouvé dans le jardin de son voisin et avoir refusé de présenter une pièce d’identité.


Grâce aux lois sur le coronavirus, la liberté est officiellement morte en Australie.

Source de l’info: https://www.aubedigitale.com/


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Achetez vos livres sur Amazon via ce site





























Votre aide est importante pour continuer...


SCANDAL - Les Hathor Actus © Elishean/2009-2020



dolor risus id ut consectetur tristique
%d blogueurs aiment cette page :