Opinion

Schumer et Pelosi attaquent les sénateurs qui ont voté pour l’acquittement en tant que lâches et vendus

La rage est de retour

Un sentiment de soulagement palpable s’est fait sentir à Washington alors que le procès de Trump se terminait de façon chaotique mais définitive. Le verdict a été rendu, de sorte que la calomnie peut maintenant commencer.

Le chef de la majorité, Chuck Schumer, et la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, ont immédiatement mis le verdict à exécution et diabolisé ceux qui avaient voté pour l’acquittement.

Alors que les démocrates ont insisté sur le fait que tous les sénateurs devaient “voter selon leur conscience”, cela signifiait uniquement si leur conscience soutenait leur camp. Pelosi a dénoncé les sénateurs adverses comme des lâches, tandis que Schumer les a fustigés pour avoir eu une opinion contraire sur les preuves ou le processus. Alors que des groupes ciblent des membres des deux côtés du procès, nos dirigeants devraient appeler à l’unité et à la civilité après le procès. Au contraire, ils alimentent la politique de division.

CNN et d’autres médias ont suivi le mouvement.


Alors que McConnell a dénoncé Trump et a déclaré qu’il pourrait toujours être tenu responsable de tout crime, les animateurs de CNN Wolf Blitzer et Dana Bash ont immédiatement suivi son discours en le dénonçant comme hypocrite. Il n’y avait rien d’hypocrite à dénoncer la conduite de Trump comme “déraisonnable” tout en maintenant que le procès était inconstitutionnel.

Ce que les membres du Congrès et les commentateurs démocrates n’accepteraient pas, c’est que quiconque puisse avoir des points de vue opposés sur ces questions et ne pas être un lâche. Bienvenue à l’unité en 2020. Elle reste l’unité à nos conditions ou sinon. Le “ou sinon” a été clairement indiqué à l’avocat de la défense de M. Trump peu après le verdict.

Le domicile de l’avocat Michael Van der Veen a été vandalisé. D’autres avocats ont été harcelés et menacés après des campagnes les visant par des groupes comme le Lincoln Project pour représenter Trump ou les républicains.

Les médias ont rapidement renforcé le rejet de toute possibilité que les sénateurs aient pu voter selon leur conscience. La journaliste de CNN Abby Phillip a déclaré comme un fait qu’il n’y a pas d’argument réel qu’un ancien président ne peut pas être jugé pour mise en accusation. Ainsi, tout vote sur cette base était malhonnête et lâche.

Comme pour les reportages précédents, les animateurs ont simplement ignoré les professeurs, les juges et les figures légendaires comme le juge Joseph Story qui ont plaidé contre les procès rétroactifs. En outre, de nombreux universitaires qui ont étudié cette question (dont moi-même) ont déclaré qu’elle était extrêmement proche. Bien que nous arrivions tous à des conclusions, la plupart d’entre nous ont déclaré que les personnes de bonne foi peuvent ne pas être d’accord sur le point de savoir où devrait se situer le défaut sur la question.

Ce n’est cependant pas ce que l’on a dit aux téléspectateurs de CNN. Phillip et ses collègues ont insisté sur le fait qu’il n’y a pas de véritable débat – tout comme les responsables de la Chambre. Ainsi, toute personne votant avec l’opinion de personnages comme Justice Story sont des menteurs ou des lâches ou des lâches menteurs. C’est vous qui avez choisi.

La rage exprimée par de telles personnalités a détourné l’attention de ceux qui sont les plus responsables de la perte de ce procès : les dirigeants de l’Assemblée.

Comme je l’ai déjà dit, il n’y avait aucune preuve d’une stratégie visant à condamner plutôt qu’à enrager dans ce procès.

Tout d’abord, les dirigeants de la Chambre ont utilisé une “mise en accusation instantanée” sans même un jour d’audience. La Chambre a eu du 6 au 20 janvier (puisqu’il y avait peu de chances qu’un procès au Sénat ait lieu avant que M. Trump ne quitte ses fonctions). Au minimum, elle aurait pu tenir quelques jours d’audiences pour établir un procès-verbal. Au lieu de cela, elle a décidé d’envoyer un article de mise en accusation pour la première fois de l’histoire, sans aucune trace d’une audience, d’une enquête, ni même une chance pour Trump de répondre.

Ensuite, elle a rédigé un article de destitution pour “incitation à l’insurrection” – un article mal conçu qui a pratiquement garanti une perte. Il aurait pu rédiger l’article d’une multitude de façons pour obtenir un soutien plus large, mais les dirigeants de la Chambre voulaient accuser Trump d’essayer de lancer une rébellion contre les États-Unis.


Enfin, elle aurait pu appeler des témoins pendant quatre semaines pour témoigner de l’état d’esprit de Trump, une douzaine de témoins qui auraient pu établir ce que Trump a dit et fait en ces heures critiques. Elle a refusé de le faire.


L’incohérence de l’affaire de la Chambre a été mise en évidence dans les dernières heures lorsque le principal responsable de la Chambre, Jamie Raskin, a semé le désordre dans le procès en réclamant des témoins juste avant les plaidoiries finales.

Le Sénat s’était apparemment prononcé contre cette option mais Raskin s’est levé et, comme une scène de Perry Mason, a prétendu qu’un nouveau témoin était apparu la veille : La membre du Congrès Jaime Hererra Beutler (R-WA). Raskin a décrit avec émotion comment la Chambre vient d’apprendre que Beutler avait des informations sur un appel téléphonique entre Trump et le leader de la minorité de la Chambre, Kevin McCarthy (R-CA), au cours duquel Trump a montré son soutien aux émeutiers. Le problème est que cette affirmation ne semble pas être vraie. Le récit de Beutler était public avant le début du procès et l’appel de McCarthy était connu de la Chambre depuis plus de quatre semaines. La demande n’a fait que souligner l’échec de Raskin et de la Chambre à appeler un seul témoin de fait à la Chambre pendant quatre semaines sur ce rapport et d’autres.

Pourtant, les démocrates du Sénat ne pouvaient pas risquer la colère de leur base s’ils s’opposaient aux gestionnaires de la Chambre. Ils ont dû suivre Raskin par-dessus la falaise. En commentant en direct la demande de Raskin, j’ai noté qu’il avait clairement pris les sénateurs par surprise et que ce sont des politiciens qui sont hostiles au risque et peu susceptibles de suivre la voie de l’inconnu avec Raskin. Ce n’est pas pour rien que l’Assemblée a été timide à l’idée d’appeler des témoins qui pourraient également montrer que l’Assemblée a été avertie de la perspective de violence, qu’elle a refusé les troupes de la Garde nationale et qu’elle a été négligente dans sa gestion de l’émeute. Les témoins mettraient également en évidence le fait que la Chambre n’a pas appelé de tels témoins pendant un mois. Enfin, certains de ces témoignages pourraient ne pas soutenir la suggestion de la Chambre selon laquelle Trump a retardé le déploiement des troupes ou d’autres parties du récit non contesté par les dirigeants.

Le résultat était aussi incohérent que l’argument de Raskin. Ainsi, comme prévu, ils ont renversé le vote en prétendant soutenir les dirigeants de la Chambre. Ils ont accepté une disposition si absurde qu’il ne manquait que le battement de tambour de blague nécessaire. Raskin avait déjà décrit le compte-rendu de Beutler dans ses remarques. Pourtant, le Sénat lui a fait accepter une stipulation pour décrire à nouveau l’appel, puis a abandonné sa demande. Il stipulait qu’un ouï-dire dont il avait déjà été question dans le compte-rendu pouvait être mentionné dans le compte-rendu.

Pour rendre la chose encore plus absurde, la déclaration cite Beutler comme ayant dit qu’elle avait précédemment discuté de l’appel en public – réfutant directement ce que Raskin a dit au Sénat. Gardez à l’esprit que Raskin venait de déclarer qu’il s’agissait d’une nouvelle preuve de “la nuit dernière” et que le Sénat devait maintenant appeler des témoins sur cette “preuve supplémentaire essentielle qui confirme les accusations”.

Voici ce qu’il a ensuite lu au Sénat de la part de Beutler :

“J’ai partagé ces détails au cours d’innombrables conversations avec des électeurs et des collègues et à de multiples reprises avec les médias et d’autres forums publics. Je l’ai dit au Daily News de Longview le 17 janvier. Je l’ai partagé avec les membres du conseil exécutif républicain du comté ainsi qu’avec d’autres électeurs qui m’ont demandé d’expliquer mon vote. Je l’ai partagé avec des milliers de résidents sur mon téléphone de la mairie le 8 février”.

C’était une nouvelle preuve qu’elle a partagée avec des milliers de personnes au cours de semaines de déclarations publiques ?

Rien de tout cela n’a d’importance, bien sûr, car la Chambre n’a jamais montré la moindre intention d’établir l’état d’esprit de Trump, ni même de l’emporter dans le procès. Le véritable objectif a été clairement établi par Schumer et Pelosi dans les minutes qui ont suivi le verdict. Un vote de bonne foi n’est possible que s’il s’agit d’un vote en faveur de leur position.


Alors que les républicains de la Chambre ont refusé de punir la représentante Lynn Cheney pour son vote de destitution, Schumer et d’autres ne sont prêts qu’à reconnaître un tel vote de conscience en faveur de leur camp. Le fait d’avoir un avis contraire a été déclaré par les dirigeants démocrates mais aussi par les médias comme une couardise lâche ou une trahison virtuelle. C’est précisément le type de rhétorique et d’étiquetage erroné de Trump que beaucoup d’entre nous ont dénoncé au cours des quatre dernières années. Il n’y a pas de place pour le désaccord ; seulement des patriotes et des traîtres.

Ainsi, l’âge de la rage se poursuivra non pas parce qu’il le faut, mais parce que nous l’aimons.

Traduction de Jonathan Turley par Aube Digitale


Nouveau

Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Achetez vos livres sur Amazon via ce site

































Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci



SCANDAL - Les Hathor : Actualité alternative © Elishean/2009-2020

in commodo accumsan Praesent elit. Sed porta. quis
%d blogueurs aiment cette page :